Management. Comment organiser la transmission du pouvoir de direction

Changer de posture dans sa propre entreprise n’est pas chose aisée, surtout lorsque celle-ci fait partie de sa vie depuis de nombreuses années, voire depuis toujours. Lors de la transmission du pouvoir de direction, le dirigeant et son successeur s’engagent dans un processus long et complexe de changement de rôles. Par Miruna Radu-Lefebvre, titulaire de la Chaire Entrepreneuriat Familial et Société et directrice du Rn’B Lab, et Noémie Lagueste, chargée d’études Audencia Business School.

Une étape de la vie qui s’achève et une nouvelle étape qui commence. Au fond, c’est ça la transmission d’une entreprise familiale aux nouvelles générations. Dans le cadre d’une transmission intrafamiliale, la préparation et l’anticipation sont les mots d’ordre de tous les experts qui rappellent qu’il faut souvent 10 à 15 ans pour sensibiliser les jeunes familiaux, ensuite identifier son successeur et, enfin, accompagner le nouveau dirigeant.

Car transmettre son entreprise familiale ne revêt pas que des aspects techniques. Transmettre le pouvoir de direction, c’est un défi humain autant qu’entrepreneurial. Ceci invite à prendre conscience que sa propre identité de dirigeant va nécessairement évoluer suite à ce changement de rôle à la tête de l’entreprise, et que ce changement aura des répercutions aussi bien professionnelles que familiales. La complexité de la situation est d’autant plus exacerbée lors de la période appelée « le règne conjoint », lorsque les deux protagonistes sont en phase de cohabitation et de transmission imminente du pouvoir de direction.

Lire la suite de l’article

Journal Ouest France – 28 Septembre 2017