Le projet de territoire

L'aboutissement d'une réflexion collective

LE PROJET DE TERRITOIRE DU PAYS DE CHANTONNAY

Les Communes et la Communauté de Communes du Pays de Chantonnay forment ce qu’on appelle maintenant « un bloc communal », qui, à l’instar de la situation nationale, se trouve dans un contexte en plein changement.

Financièrement, d’une part, la diminution des dotations de l’État aux collectivités nécessite d’examiner précisément quels services et investissements pourront être possibles à l’avenir, sans mettre en jeu la situation financière et en ayant le moins recours à l’impôt.

Institutionnellement, d’autre part, les réformes territoriales s’enchaînent en touchant à la fois la question du périmètre des intercommunalités, et également la répartition des compétences entre les communes et l’intercommunalité.

C’est la raison pour laquelle, le Bureau communautaire a proposé au Conseil communautaire de s’engager dans une réflexion d’ensemble pour définir des orientations stratégiques fortes pour le Pays de Chantonnay, lisibles et appropriées par les communes et les acteurs locaux.

 

Qu’est ce qu’un projet de territoire ?

L’objectif d’un projet de territoire est de définir des orientations à moyen terme (10/15 ans), de hiérarchiser les interventions de la Communauté de Communes, de définir des priorités, de faire des choix et de déterminer les moyens financiers et humains cohérents avec les choix effectués.

C’est un projet global de développement, c’est-à-dire qu’il se doit d’aborder tous les domaines qui font la vie d’un territoire : l’économie, les services à la population, l’agriculture, le tourisme, l’environnement, l’habitat, la culture, les loisirs…

 

Comment a été construit le projet de territoire ?

Le diagnostic du territoire et la définition des enjeux ont été établis dans la concertation.

P1110810Un cabinet spécialisé a été choisi pour assister le Bureau communautaire dans cette démarche. Chacun des maires, assisté ou non d’autres élus communaux, a été rencontré afin d’avoir son point de vue sur la situation du territoire et ses attentes à l’égard de l’intercommunalité.

Une seconde phase a été consacrée à la rencontre des acteurs locaux par la tenue de réunions de groupes de travail. Deux réunions d’une demi-journée se sont tenues pour chacun des groupes de travail thématiques : « habitat, environnement, transports et mobilités », « développement économique, commerce, tourisme » et « équipements, services à la population ».

Le projet de territoire est l’aboutissement d’un travail et d’une réflexion collective, afin d’orienter les politiques futures de la Communauté de communes du Pays de Chantonnay.

La définition des orientations, le choix d’axes stratégiques, les objectifs et les scénarios se sont faits en co-construction avec le comité de pilotage, composé des maires et maires délégués. Les conseillers municipaux, par des présentations en assemblée plénière ou au sein de chaque commune ont été associés à cette démarche.

Le Bureau communautaire a fait la synthèse des réflexions pour proposer les priorités et l’échelonnement des projets.

Le Conseil communautaire a voté le projet de territoire du Pays de Chantonnay le 16 décembre 2015.

 

Diagnostic du Pays de Chantonnay

La réalisation d’un projet de territoire nécessite de réaliser un diagnostic afin de mettre en avant les atouts et les faiblesses.

Un territoire attractif

  • Le dynamisme démographique est régulier, mais moindre que celui du Bocage Vendéen.
  • La localisation centrale en Vendée est favorable à l’accueil des activités économiques et des populations.
  • La proximité de La Roche sur Yon, des Herbiers, du Puy du Fou et du littoral a des effets positifs sur l’évolution du Pays de Chantonnay.
  • La ville de Chantonnay est identifiée comme pôle secondaire d’équipements et de services sur le périmètre du SCoT du Pays du Bocage Vendéen, un maillage complété notamment par Bournezeau comme pôle d’appui.
  • Les acteurs locaux soulignent un déficit d’image du Pays de Chantonnay.

Un territoire qui doit faire face aux enjeux liés au développement périurbainDSC_2401

  • Le territoire est sous l’influence de plusieurs bassins de vie (La Roche sur Yon, Chantonnay, Les Herbiers).
  • On constate un développement et une évolution de la demande de services et d’équipements de proximité (commerces, activités sportives et culturelles, jeunesse…).
  • Les exigences sont croissantes en matière d’aménagement et d’urbanisme (limitation de l’extension urbaine, protection de l’environnement, interrogation sur l’évolution de l’habitat ancien et des centres-bourgs).

Dans le même temps, des interrogations sur l’identité rurale et l’organisation

  • La population est attirée par plusieurs bassins de vie (La Roche sur Yon, Les Herbiers voire Cholet).
  • L’attachement à la place et à l’identité des communes est important.

Signalétique Polaris (9)

La recherche d’un équilibre entre tradition active et industrieuse et développement résidentiel

  • L’activité économique communautaire est essentiellement tournée vers le développement et l’organisation des parcs et des zones d’activités sur le territoire (Actipôles, parc Polaris, Vendéopôle).
  • Le développement résidentiel est favorisé par la proximité de la Roche sur Yon et des Herbiers.
  • La place du tourisme reste à préciser avec la proximité du Puy du Fou et la complémentarité avec le littoral mais une difficulté à valoriser les 3 lacs (destinés à l’alimentation en eau potable).

Une Communauté de communes à la croisée des chemins

  • Le Pays de Chantonnay est une intercommunalité dont l’activité est reconnue pour son action économique (avec notamment les zones d’activités indispensables pour le développement du territoire), son action sociale pour les personnes âgées, ainsi que son soutien financier à la réalisation de projets communaux (avec les fonds de concours).
  • C’est une Communauté de communes qui reste méconnue par la population en l’absence d’équipements communautaires touchant un grand public.
  • Des demandes de développement de l’action de la Communauté de communes seraient souhaitées tout en maintenant la place et le rôle des communes.

 

Enjeux du Pays de Chantonnay

Un enjeu central et partagé : l’attractivité du Pays de Chantonnay et l’émergence d’une image positive
La valorisation du travail accompli en matière de développement économique
La qualification du territoire face aux besoins de la population
La valorisation d’un potentiel fondé sur la tradition et l’innovation

Définition des axes stratégiques et des actions souhaitées pour le territoire du Pays de Chantonnay

En conclusion du diagnostic et des enjeux apparus au travers de la démarche de concertation, tant avec les élus municipaux, qu’avec les groupes de travail avec les acteurs locaux, trois axes stratégiques ont été définis. Un programme d’actions souhaitées pour le territoire a également été déterminé.

Axe stratégique n°1 : Être reconnu comme territoire dynamique et innovant

Renforcer l’attractivité économique du Pays de Chantonnay

  • proposer des équipements d’accueil des entreprises,
  • créer un service économique à la Communauté de Communes,
  • construire l’aménagement numérique du territoire.

Valoriser les ressources naturelles du Pays de ChantonnayDSC_2255

  • étudier un projet de valorisation des ressources naturelles : eau, lacs, bois,
  • étudier les possibilités de valorisation touristique des lacs et professionnaliser l’offre touristique.

Réaliser des « projets phares »

  • renforcer la capacité d’accueil de nouveaux habitants et le dynamisme des centres-bourgs (réalisation d’un Plan Local d’Urbanisme intercommunal, fonds d’intervention pour l’habitat ancien, action de soutien à la rénovation énergétique…),
  • constituer une offre attractive en matière sportive et de loisirs : création d’un centre aquatique récréatif,
  • conforter le rayonnement culturel du Pays de Chantonnay : création d’une médiathèque et développement du réseau des bibliothèques existant, ouvrir l’accès à une école de musique intercommunale.

Axe stratégique n°2 : Réaliser des projets fédérateurs et porteurs de lien social

Conforter le dynamisme des centres-bourgs

Favoriser l’épanouissement de la jeunesse sur le territoireRurathlon

  • création d’un Relais d’Assistantes Maternelles,
  • soutien à l’animation des jeunes.

Qualifier l’offre d’équipements et de services au public

  • renforcer l’accueil de la petite enfance,
  • conforter les services à la population en matière de santé.

Axe stratégique n°3 : Faire vivre le Projet de territoire dans le respect des identités communales

Adapter la coopération intercommunale au nouvel élan

  • organiser l’évolution des compétences et du périmètre de la Communauté de Communes

Conforter les communes dans leur action de proximité

  • poursuivre le soutien financier apporté aux communes par les fonds de concours

Favoriser l’appropriation du projet de territoire en coordonnant la communication des communes

Argent2La situation financière actuelle des collectivités du Pays de Chantonnay montre une capacité d’autofinancement annuel net actuel de 2,1 M € pour la Communauté de Communes et de 2,2 M € globalement pour les communes. La poursuite de la baisse de la Dotation Globale de Fonctionnement de l’État et la faible progression des recettes fiscales actuelles conduisent à une évolution à la baisse de ces capacités d’autofinancement.

Pour permettre à la Communauté de communes du Pays de Chantonnay de faire face à des dépenses nouvelles non connues à ce jour et de garder une capacité financière pour l’avenir, des priorités sont à définir pour la mise en œuvre des projets ainsi que l’échelonnement dans le temps.

La synthèse des priorités débattues dans les conseils municipaux fait ressortir les projets du centre aquatique, de la médiathèque et du réseau des bibliothèques. La réalisation de l’école de musique communautaire sera examinée dans un second temps.

 

Programme d’actions et planning prévisionnel de mise en œuvre

Programme d’actions et planning prévisionnel de mise en œuvre

Les choix à effectuer pour définir les priorités doivent prendre en compte différents éléments financiers : le montant des investissements, qui nécessitent des emprunts et génèrent des remboursements annuels, et le coût de fonctionnement restant à charge, qui consomme la capacité d’autofinancement.

Ce programme d’actions représente un montant prévisionnel d’investissement estimé à 20 millions d’euros sur le mandat en cours.