Gouvernance. Gérer un dirigeant non familial dans une entreprise familiale

L’Institut Français des Administrateurs et Family and Co ont réuni des entreprises familiales, ce mercredi à Nantes, pour échanger sur l’arrivée d’un dirigeant extérieur dans un groupe familial. Comment arriver à cette décision et surtout comment l’anticiper pour la performer ? Les conseils de Laurent Allard, associé de Family and Co et Yves Couillard de l’IFA Ouest.

Laurent Allard, et la société de conseils Family and Co où il est associé, accompagne chaque année une vingtaine d’entreprises familiales dans leurs différentes problématiques. Celle de l’arrivée d’un dirigeant, non issu des rangs de la famille, dans des entreprises familiales est un cas de figure de plus en plus fréquent. Pour des raisons qui peuvent être très différentes selon les profils des entreprises.

 » Nous accompagnons des entreprises de 10 millions d’euros de chiffre d’affaires à plus de 10 milliards. L’important n’est pas tant comment bien préparer l’arrivée d’un dirigeant extérieur à la famille que pourquoi ? « 

Dans les raisons qui poussent à faire ce choix, on retrouve le manque de bons profils en interne, ou pas le bon tempo. « Un actionnaire familial peut être au niveau de ces responsabilités mais dans quelques années. » Il peut aussi avoir les bonnes compétences au sein de la famille mais que la personne concernée ne le souhaite pas. Un accident de la vie peut projeter le groupe familial dans cette solution.  » Et nous voyons aussi le cas où le groupe familial fait face à une proposition de rachat non prévue. L’arrivée d’un dirigeant extérieur peut alors se poser. « 

Lire la suite de l’article

Journal Ouest France – 7 Décembre 2017